Comment choisir son véhicule de tourisme?
12/02/2019
Quel rôle a l’Expert-comptable?
14/02/2019
Show all

Quel régime choisir pour créer son entreprise individuelle : Auto-entreprise ou déclaration au réel?

Vous souhaitez créer votre propre entreprise, mais vous ne savez pas ce qui est le plus intéressant pour vous. Vous lisez sur internet sur le sujet. Vous constatez que vous avez le choix entre un régime forfaitaire d’auto-entreprise (Ex Auto-entrepreneur) ou le régime de la déclaration au réel.
Dans les deux cas vous êtes une entreprise individuelle. Seul le régime fiscal et social est différent.

Le statut d’auto-entrepreneur



Le statut d’auto-entrepreneur est ouvert à tous (incompatible avec certaines activités dont la caisse de retraite ne relève ni de la CIPAV ni des URSAFF, Notaires, agent général d’assurance…). Le chiffre d’affaires annuel ne doit pas dépasser 170 000€ pour une activité de vente de marchandises et 70 000€ pour les prestations de services.
Ses avantages sont la simplicité et c’est pour cela que l’auto-entreprise est de plus en plus choisie:
• La création est gratuite dans la plupart des cas et se fait en ligne en quelques minutes via le site www.autoentrepreneur.urssaf.fr
• chaque mois ou chaque trimestre, l’auto-entrepreneur déclare son chiffre d’affaires. Ses cotisations sociales et son impôt personnel sont calculés par application d’un taux au montant du chiffre d’affaires (charges sociales et impôts cumulés : 13.90% pour une activité de vente de marchandises et 24.40% pour les prestations de services)
• La comptabilité se limite à un registre des recettes et des achats.

le régime du réel



Alors, pourquoi choisir de déclarer ses revenus de l’entreprise individuelle selon le régime du réel ?
Aujourd’hui, tout comme l’auto-entreprise, il est possible de créer son entreprise en ligne via le site www.guichet-entreprises.fr et le coût n’est que de 25.34€ dans la plupart des cas.

La tenue d’une comptabilité est obligatoire. A première vue cela semble une contrainte. A bien y regarder, votre intérêt est plus important que la contrainte. En effet, votre comptabilité va justifier le calcul de votre bénéfice réel généré par votre activité. La base de calcul est la différence entre le chiffre d’affaires et les dépenses professionnelles. Le calcul du bénéfice réel servira de base pour le calcul de vos charges sociales et de votre impôt sur le revenu personnel.
En début d’activité, les dépenses liées au démarrage (cartes de visites, déplacements, site internet et publicité…) de l’activité peuvent être importantes. Bien souvent, elles sont même supérieures au chiffre d’affaires. Ainsi, le résultat de l’activité est négatif (pertes). Le calcul de vos charges sociales sera plafonné à un forfait minimum (environ 1 000€ si vous n’avez pas d’exonération d’aide à la création d’entreprise) et votre impôt sur le revenu sera nul. Cerise sur le gâteau, dans le cas de déficit, ils pourront soit s’imputer sur vos autres revenus déclarés (salaires, indemnités chômage, revenus fonciers…) et ainsi faire baisser votre base imposable, soit être reportés sur vos prochains bénéfices (imputation possible sur les 10 prochaines années).
Contrairement, si vous choisissez l’auto-entreprise, au moindre chiffre d’affaires encaissé, les charges sociales et l’impôt sont prélevés. C’est la contrepartie du forfait où le déficit n’est pas possible. Le prix de la simplicité sera élevé, car vous payerez des charges alors que la réalité économique est déficitaire et vous ne pouvez pas imputer vos pertes sur vos autres revenus. Cela ressemble plus à une punition sous prétexte de simplicité administrative. Il est donc important de faire un prévisionnel avant de démarrer afin d’opter pour le régime le plus favorable financièrement.

Si le coût d’un suivi de votre comptabilité vous effraye, vous pouvez avant tout imaginer l’apport de conseil dont vous bénéficierez. Vous aurez accès à un réseau d’affaires et compétences. Vous gagnerez du temps pour vous consacrer à votre cœur de métier. Enfin, en passant par un expert-comptable et en adhérant à un centre de gestion agréé, en ayant un chiffre d’affaires en dessous de ceux de la limite de l’auto-entreprise, vous pouvez obtenir une réduction d’impôt pour couvrir vos frais de tenue de comptabilité (jusqu’à 915 € Article 199 quater B). Vous payez ainsi une partie de votre accompagnement pour réussir votre projet par une réduction d’impôt.

Dans quel cas choisir le statut de l’auto-entreprise ?



Concrètement, si vous exercez une activité qui génère un chiffre d’affaires dans les limites et que vos vraies charges sont réduites (y compris vos dépenses au démarrage), l’auto-entreprise peut être une bonne solution pour tester votre business.

NOVALLIANCE EXPERTISE COMPTABLE vous accompagne pour maximiser vos chances de réussite de création d’entreprise et répond à vos questions. contact@novalliance.fr